Diablotor, chevalier perdu

Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Diablotor, chevalier perdu

Message par Diablo le Lun 10 Juin - 10:28

1) : Ton level ?
7181

2) : Tes anciens clans et pourquoi tu les as quittés ?
Je ne les compte plus. Entre autre Les Gardiens des Enfers, Hangar 18, Metempsycose etc...
Les ai-je quitté ou m'ont ils quitté? Le plus souvent j'ai accompagné ces clans de leurs débuts jusqu'au déclin.

3) : Mage ? Guerrier ? Voleur ?
Guerrier! Nul honneur lorsque l'on se cache derrière des tours de passe passe ou des fourberies

4) : Tu es pour le Bien ? Mal ? Neutre ?
Je suis pour l'équilibre; mais pour bien comprendre et profiter de celui ci, il nécessite son opposé.

5) : Tu as un double sur Silver ?
Cette vie m'a toujours suffit

6) : Pourquoi avoir choisi les Celtics comme clan ?
Le tavernier offre des réductions aux celtics parait il

7) : Si tu te joins à nous, tu serais prêt à aider les autres ?
Cela a toujours été mon moteur dans le monde d'argent

8 ) : C'est quoi ton but sur ce jeu ?
Pour le moment, aucun. Mais si l'on pouvait a nouveau voir briller la lueur d'une croissance disgracieuse du coté du bien ou du mal j'aurai de nouveau du travail.
Au passage, mettre une raclée à Win pour rattraper notre dernier tournoi et boire une bibine après, serait appréciable

9) : Ça fait longtemps que tu joues sur Silver-World ?
Connaissez vous la date de création? Ajoutez une poignée de jour et une pincée d'heures. Sou-poudrez le tout de quelques minutes et on devrait m'y trouver.

PS: Je n'ai pas été clair dans certaines réponses, mais je vous laisse le soin d'en découvrir les détails dans l'histoire qui suit.

10) : Et pour finir, je vais te demander un petit RP. (Un petit texte qui parle de ta naissance, ton passé ou encore de ton avenir.)

Le temps, une notion toute relative et capricieuse. La même période aura passé pour certains comme un courant d’air tandis que d’autres l’auront vécu comme une interminable galère.
Dans mon cas, il m’est impossible de déchiffrer mon propre ressenti quant au temps qu’il s’est passé depuis mon exil. D’une part mes souvenirs d’antan sont troubles et incomplets, d’autre part… cet exil fut interminable, mais nécessaire… cependant il me semble avoir duré le temps d’un soupir.
Pour bien remettre le contexte, il est nécessaire, comme il est d’usage, de commencer par le début, mes débuts.
Je me souviens encore de notre euphorie en cette époque ; mes compagnons et moi découvrions un monde nouveau, que nul encore n’avait foulé, ou tout restait à accomplir et qui permettrait à n’importe qui de se réaliser comme bon lui semblera. Nous étions jeunes et insouciants malgré ce monde sauvage ou nulle règle ne pouvait nous refréner. Sauvage… ce mot résume bien cette époque ou ni mal ni bien n’était encore établit, ou nul fanion n’émergeait. La moindre sortie pouvait être fatale… peut-être est-ce cela qui releva davantage notre jeune effervescence, et nous poussa à nous dépasser pour aller plus loin, frapper plus fort.
Toujours est-il, que le temps, une fois de plus, eu raison des prémices. Enfin les clans commençaient à prendre de l’ampleur… Je me rappelle encore ces premiers héros à accomplir des exploits, les premiers à franchir des caps… Imboro, le troll…
De nouvelles terres furent découvertes… Apres Baduck, Kédok, puis survint Boudok. Je dois avouer que cette époque relève presque du néant dans ma mémoire. Je me souvins vaguement de multiples conflits, entre les entrainements de plus en plus rudes ; j’ai également rejoins le camp des -§-Enfers-§- à cette époque. Ce clan du mal qui marqua à tout jamais mon expérience en ce monde. Une guilde composée de compagnons tous plus dangereux les uns que les autres, rassemblés par foi du sang ou rage de vaincre.
Le combat du bien contre le mal, de Herbert contre GoodQ me semble-t-il. Une grande période pour de joyeux massacres.
Par la suite, je pense avoir vécu bien des années sur Dusso pour mon entrainement… hormis quelques virées sur Kedok pour de nombreux combats.
J’ai un jour été accueilli par les Metempsycose, qui furent ma famille pendant très longtemps. C’est à cette période que furent découvertes à leur tour les contrées de Sato, terres arides et mortelles. Rares étaient ceux qui osaient s’aventurer loin en avant dans ces lieux méconnus. Il fallut du temps pour dompter ces lieux. C’est là que mon plus long entrainement eu lieu, mais c’est aussi à cette époque… j’ignore si c’était par ennui ou passion… que j’eu l’occasion de commencer l’art de la collection. Plus que de talent en la manière ce sont davantage mes relations et les opportunités qui m’ont permis de rassembler, je les vois encore comme s’ils étaient sous mes yeux, tous ces objets et équipements qui auront marqué l’histoire des Terres Argentées.
En cette fin de cycle, je profitais de mes acquis pour affronter maintes ennemis, ou rivaux.
Malheureusement, la période d’or, pour ma part, semblait derrière moi, la vie en ces terres manquait de passion, le quotidien devint amer, je me lassais de tout et fini par ne plus être que l’ombre de moi-même, reclus dans mon domaine doré à contempler sans fin mes trésors et à regretter mes exploits passés. J’ai donc fini par choisir l’exil. Cette solution aurait l’avantage de couper court à cette douleur silencieuse, mais j’en profitais aussi pour travailler mon âme. Coupé du monde, on se retrouve face à soi-même, on peut aller explorer des recoins de notre conscience dont nous n’avions pas connaissance.
M’attendirent alors de longues journées de méditation. Le temps pris alors possession de ma vie ; avec l’avancement de mes songes, je n’eus plus aucune notion de cette entité, les jours passèrent, les lunes défilèrent… je n’en vis aucune, plongé au plus profond de mon âme.
Le temps fit son œuvre, si bien que j’en oubliais le monde qui m’entourait, lui-même m’ignorant. La végétation elle-même recouvrit ma demeure, comme un signe. J’ignorais combien d’années avaient passé, et je ne savais pas quand cela cesserait, ni même pourquoi cela pourrait s’arrêter. Apres tout, il s’agissait de mon choix, de ma volonté qui m’avait poussé à cet état. Et ces méditations m’en apprenait toujours plus, il ne me suffisait plus que de mes songes pour en apprendre sur la nature humaine, pour apprendre le contentement, la contemplation et cette force en moi, qui se dissimulait derrière les sens qui communément nous rodaient. Seul mon esprit demeurait, tout en ayant conscience de mon corps, c’est comme s’il ne m’appartenait plus… et je restais plongé dans l’infinité du cosmos, qui me fit transcender la nature humaine et mes propres limites.
Au-delà de cet exil, le monde, qui lui suivait son cours. Est-ce lui qui un jour me fit un signe, ou mon esprit qui voulut reprendre la route de l’humanité, je l’ignore. Toujours est-il que cet hiver, mon esprit et mon corps furent de nouveau réunis. Je ressenti à nouveau ce souffle froid qui parcourait mon corps, ce goût âpre dans la bouche qui allait de pair avec cette faim dévorante. Au loin le vent qui souffle sur les arbres, l’odeur de sève et de la mousse qui envahissaient le plancher et les murs. Enfin mes yeux s’ouvrirent, pour découvrir ce qui fut autrefois une petite maison de bois, envahie de végétation ; un arbre avait même eu l’audace de s’accaparer un coin du salon, pour grandir au-delà de la toiture. De la filtrait un rayon de lumière qui venait illuminer une colonne de fourmis qui avaient élu domicile dans un coin.
Il me fallut quelques heures pour bouger chacun de mes membres tétanisés, et toute une nuit pour récupérer des forces. Au matin, la faim me poussa à m’extirper de mon repère et me guida jusqu’à Nebullia. Une cité que j’avais tant fréquenté mais qui était bien changée, ou rares furent les rencontres ; une bonne chose étant donné l’état de ma barbe, des cheveux qui envahissaient mon visage, et de la décomposition de cette cape tout simple qui m’avait accompagné durant ce long périple. Direction l’auberge, je fis un détour par la banque pour pouvoir payer le tenancier. Le banquier fut surpris de ma visite et incommodé par les recherches qu’il lui fallut faire pour retrouver ce vieux dossier. Il m’accompagna jusqu’à mon coffre, qu’il ouvrit dans un grincement strident. Je découvris alors, non sans surprise, que cette pièce qui jadis regorgeait de trésors, ne contenaient plus que quelques objets inutiles et des pièces éparpillées çà et là. Je contemplais ce spectacle décevant quelques secondes, durant lesquelles j’entendis le banquier derrière moi fouiller dans ses papiers, surement à la recherche d’une liste. Sans attendre davantage, je ramassais quelques pièces d’or et repris le chemin de la sortie. Mon accompagnateur ne dit mot, surement soulagé.
Quelques minutes plus tard, j’entrais dans l’auberge et me dirigeait vers le tenancier, lui demandant le gîte et quelques services de bien-être.
La nuit tombée, couché dans mon lit, évidemment je n’avais pas grand besoin de dormir… mais davantage envie de mettre de l’ordre dans mes idées. J’ignorais encore ce qui m’avait sorti de mon exil ni même si je ne mourrais pas de faim dans le mois. J’ai foi en ces entités supérieur, ou cette force qui nous guide sur notre chemin ; ce réveil n’est pas anodin, j’ai certainement quelque chose d’autre à accomplir ici.
A l’aube je me rendis sur le marché, en quête de visages connus, d’anciens compagnons. J’en croisais quelques-uns, qui furent surpris, d’autre n’y croyant même pas. Cela me mena à bien des verres et des récits. Je pris également des nouvelles de ces gens mais aussi de ce monde. La fin de cette journée me guida jusqu’à Hebus, qui me proposa son emblème mais aussi son soutien pour palier à mon défaut d’accoutrement.
Dans ces débuts j’eu du mal à mettre à jour mon savoir sur ce monde nouveau… j’appris même l’existence d’une terre nouvelle. Ce qui me poussa à accomplir de nouvelles quêtes, me remémorant mes premiers pas sur Baduk.
Le plus prenant dans mon esprit, furent ces souvenirs de mes méditations. Les nuits, des images me revenaient, des réflexions ; jusqu’au jour où je revis ce songe enfoui, ou je pu me contempler, voir mon moi enfoui, cet homme qui était comme la réalisation de toutes ces réflexions. Cette image, jamais je ne l’oublierai : une lumière éblouissante, devant laquelle je me tiens ; je ne peux discerner mes pupilles mais mes lèvres dessinent un sourire, je porte une armure d’or resplendissante, et dans ma main, cette concentration de lumière… est-ce mon âme ?
Cette simple image est l’aboutissement d’années de songes… elle représente tout pour moi, car elle est…moi.
Je sais que je peux pousser encore plus loin ce songe, discerner mes yeux, ce qu’ils me disent, ce qu’ils me révèlent sur mon avenir et mon but ici.
Ainsi, je pris un nouveau chemin, celui de la renaissance, ou je dois me retrouver et accomplir bien des choses qui me sont encore inconnues. A chaque jour son aventure, jusqu’à celui qui me fera devenir le moi de mes songes.
Ces journées me donnèrent le temps de ré entraîner mon corps et d’essayer ces nouvelles armes. Chaque semaine je pu croiser de nouvelles personnes : à maintes reprises je croisais d’étranges individus qui passaient leurs journées à boire du rhum, perchés sur leur navire. Tous avaient des personnalités bien différentes, mais j’ai pu observer que beaucoup d’entre eux avait un profil assez étrange, comme jamais je n’en avais vu jusque-là. En effet, outre un mage, tous semblaient relativement faibles, mais pourtant si vifs… la magie n’était pas leur secret. Je découvris en eux les premiers voleurs, à ma connaissance. J’appris à connaitre celui qui se faisait appeler le Cap’tain, j’échangeais même quelques verres avec ces individus.
Ils m’intriguaient… leur fougue et absence de limites était propre à leur jeunesse, mais ce qui m’attira chez eux, c’est ce potentiel. Derrière cette apparente légèreté, un immense pouvoir sommeillait… ce qui m’inspira aventures et défis. Cet équipage avait de l’avenir, et ce quelque chose qui peut réveiller un monde, bousculer le quotidien de chacun.
J’en parlais au troll qui m’informa qu’il en faisait partit, et qu’il devait les rejoindre sous peu. Mon bienfaiteur, faisait donc partie de cette faction qui m’intriguait tant… le signe du destin peut être.
Je décidais donc de m’enrôler, tel un jeune épris d’aventures. Hotaru m’invita à son bord, me guida à mes quartiers et me présenta chacun des membres du navire. Vu de l’intérieur, l’ambiance était encore plus à la fête qu’il n’y paru depuis le rivage.
J’apprends ce nouveau statut de pirate ; visiblement c’est ça la vie d’un pirate : on boit, on chante, on fait du raffut et sans hésitation on prend ce que l’on désire et on impose notre loi ou bon nous semble ; à mes yeux, une confortable suprématie en devenir. J’entrevois un avenir glorieux, mais pour lequel nous devrons nous battre et longtemps travailler.
D’autres navires composent la flotte, et d’autres sont à venir. C’est dans la brume, que peu à peu, le Kraken prépare les fondations de sa prochaine expansion.
Peu à peu je fais ma place dans ce repaire et je trouve le rôle qui sera le mien. Mon quotidien se partage entre l’entrainement, les méditations sur le pont, boire des chopes et surveiller le navire pour éliminer tout intrus. Je m’endurcis, pour pouvoir combattre tout ennemi et être capable de défendre le Kraken contre les assauts incessants. Un surnom a fait surface il y a peu : Le Diable des mers. Je dois tout faire pour me montrer à la hauteur de ce nom, et pouvoir incarner la terreur des mers qui assurera la domination de ma nouvelle fratrie.
Aujourd’hui, le Cap’tain m’invite dans sa cabine. Au terme d’une longue discussion et de quelques rhums, il finit par me proposer de prendre le rôle de protecteur du Kraken. Il ne s’agit ni plus ni moins que de ce à quoi j’aspirais depuis ma venue parmi les pirates. C’est comme une récompense pour mes efforts, mais je garde la tête froide, je sais que le plus dur reste à faire, et que mon entrainement est loin d’être terminé. J’accepte donc avec joie ces nouvelles responsabilités. Au moment de sortie de la cabine du capitaine, mon corps bouillonne, je déborde de sentiments longtemps ignorés. Ma main tremble de plaisir, je sers le poing aussi fort que possible, résolu à donner le meilleur de moi-même pour le Kraken, et faire retentir en ce monde la légende du Diable des mers.
Le temps passe, une fois encore, et emporte avec lui cet équipage par le fond. Le naufrage n’aura jamais aussi bien porté son nom. Les rescapés se regroupèrent, pour certains, dans une vaine tentative de créer un nouvel étendard sur la terre ferme… mais cela ne sied guère à des mercenaires qui n’ont vécu qu’en mer ces dernières années. Une fois de plus un chapitre se referme et je me retrouve seul face à un avenir encore incertain.
Le monde, à présent, n’est plus porté par la guerre ni par de grands étendards ; moi qui ai toujours trouvé ma voie dans les grands conflits ou participé à l’avènement d’illustres troupes, quel est à présent mon devoir. Aussi faible soit ma compréhension à propos de ma propre destinée, elle aura toujours été de participer aux aléas des terres argentées, de mener des conflits ou encore la paix dans l’ombre. A présent nul ne semble s’intéresser au destin de ce monde, outre son petit confort personnel.
Dois-je à nouveau me plonger dans un long sommeil, jusqu’à ce que ce monde m’en sorte, par le tumulte sourd d’une nouvelle ère ?
Le temps d’une réflexion, ne devrais-je pas rendre visite à ce vieux camarade, à qui je n’ai jamais pu prêter main forte malgré toutes les fois où nos chemins se sont croisés ? Peut-être est-ce ce tonneau vide, délaissé non loin de moi, qui m’aura poussé à cela ; un signe du destin ou simplement la promiscuité de la taverne ; sans plus attendre je prends la route en direction de ce vieux repaire d’assoiffés.
Diablo
Diablo

Messages : 3
Date d'inscription : 17/04/2017
Age : 31
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Win_le_rouge le Mar 11 Juin - 16:04

Au passage, mettre une raclée à Win pour rattraper notre dernier tournoi et boire une bibine après, serait appréciable a écrit:

Pour moi, c'est une raison suffisante Wink

Puis, on s'est cotoyé suffisamment pour savoir qui nous sommes Smile

_________________
Heureux époux de sa belle Lar@, qui lui a donné de beaux enfants hélas disparus aujourd'hui.
Win_le_rouge
Win_le_rouge
Admin

Messages : 191
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 57
Localisation : Coulonges sur l'Autize (79)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Win_le_rouge le Mar 11 Juin - 16:04

Au passage, mettre une raclée à Win pour rattraper notre dernier tournoi et boire une bibine après, serait appréciable a écrit:

Pour moi, c'est une raison suffisante Wink

Puis, on s'est cotoyé suffisamment pour savoir qui nous sommes Smile

_________________
Heureux époux de sa belle Lar@, qui lui a donné de beaux enfants hélas disparus aujourd'hui.
Win_le_rouge
Win_le_rouge
Admin

Messages : 191
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 57
Localisation : Coulonges sur l'Autize (79)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Diablo le Mar 11 Juin - 20:35

Sort un petit tonneau qui était resté caché sous sa cape

Alors commençons par ce qui a toujours été!
Diablo
Diablo

Messages : 3
Date d'inscription : 17/04/2017
Age : 31
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Win_le_rouge le Mer 12 Juin - 14:45

Grand merci Diab'

C'est qu'il ne faut pas attendre d'avoir soif avant de se désaltérer. tongue

_________________
Heureux époux de sa belle Lar@, qui lui a donné de beaux enfants hélas disparus aujourd'hui.
Win_le_rouge
Win_le_rouge
Admin

Messages : 191
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 57
Localisation : Coulonges sur l'Autize (79)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Yeiko le Ven 14 Juin - 14:37

Tu as une belle plume Diablo, j'aurais aimer en profiter plus tôt Wink
Yeiko
Yeiko

Messages : 40
Date d'inscription : 23/10/2018
Age : 32
Localisation : Sanvignes les mines

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Win_le_rouge le Ven 14 Juin - 23:17

Ce n'est pas faux.

Très très beau RP. Aé ne va pas tarder à venir Wink

_________________
Heureux époux de sa belle Lar@, qui lui a donné de beaux enfants hélas disparus aujourd'hui.
Win_le_rouge
Win_le_rouge
Admin

Messages : 191
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 57
Localisation : Coulonges sur l'Autize (79)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Diablo le Lun 24 Juin - 22:43

Merci Yeiko.
Elle n'a malheureusement pas assez servi a mon goût
Diablo
Diablo

Messages : 3
Date d'inscription : 17/04/2017
Age : 31
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Diablotor, chevalier perdu Empty Re: Diablotor, chevalier perdu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum